Pour la reprise d’une entreprise par exemple, l’analyse financière est capitale parce qu’elle sert à déterminer si la société en question peut rapporter des bénéfices ou si elle génère plutôt des pertes. Alors grâce à l’analyse financière d’une entreprise, on a également la possibilité d’avoir une très bonne visibilité sur sa situation réelle à partir de plusieurs étapes.

L’analyse du chiffre d’affaires et du marché

Tout d’abord, l’analyse financière commence par une étude détaillée de la structure du chiffre d’affaires de la société et de ses marges. Cela permettra ainsi d’en apprendre plus sur les lignes de revenu d’activité de l’entreprise et de connaître sa position par rapport aux concurrents sur le marché. Donc elle perd des parts de marché par exemple si le chiffre d’affaires fait +13% entre 2 exercices comptables et que le marché fait +20% dans le même temps. Pour mieux analyser l’évolution des charges par rapport à l’évolution de son chiffre d’affaires, on peut adopter une technique qui consiste à prendre en considération toute ligne de coût comme un pourcentage du chiffre d’affaires et ensuite d’étudier sa progression sous plusieurs exercices fiscaux. Si la valeur d’une charge augmente au fil du temps, on doit pousser l’analyse plus loin concernant ce point particulier.

L’analyse de l’investissement et le financement

Il est nécessaire de faire une étude détaillé de l’investissement et du financement pour déterminer si l’entreprise génère un résultat d’exploitation positif et si c’est le cas, savoir si elle est éloignée ou non de son seuil de rentabilité. C’est une phase importante de l’analyse financière d’une entreprise. La stratégie à adopter serait de rapprocher le montant des nouveaux investissements avec celui des dotations aux amortissements pour les immobilisations à l’actif du bilan. Si une société investit sur une machine de 45 000€ par exemple et pense utiliser la machine pendant 3 ans, elle devra amortir dans son compte de résultat 15 000€ pour chaque année. Et pour l’analyse du financement, il faut comprendre ses mouvements de trésorerie. Pour y parvenir, un calcul du cashflow ou de la capacité d’autofinancement de l’entreprise est primordial. Cela permet en un temps de connaître la variation de trésorerie de la société sur la période. En général, il faut prendre en compte qu’une entreprise accorde des délais de paiement à ses clients, possède des stocks et rembourse également à crédit à ses fournisseurs. Même si techniquement, le cashflow propose un potentiel de rentabilité, la réalité en est tout autre.

L’analyse de la rentabilité

Enfin, on peut ressortir de l’analyse financière les principaux ratios de rentabilité comme celui du rendement de l’actif dans le but de pouvoir effectuer des comparaisons avec d’autres entreprises du même secteur et de faire ressortir l’efficacité de l’entreprise. On doit ainsi prendre en considération la rentabilité des fonds propres, la marge nette, la rotation des capitaux employés et le levier de la dette.