Plusieurs raisons peuvent pousser à réaliser un investissement locatif. Toutefois, on ne peut s’empêcher de se poser des questions : comment pouvoir investir un tel projet ? Quels sont les réels avantages ? Serait-ce vraiment rentable ? On répondra à toutes ces questions dans cet article :

Investissement simplifié grâce au dispositif Pinel

Il est tout à fait possible d’effectuer un investissement locatif sans apport avec le dispositif Pinel. Ce dernier est un outil créé par l’Etat afin d’aider les particuliers à acheter un logement et devenir propriétaire pour ensuite le mettre à la location. Le financement de l’investissement locatif dans le neuf est alors simplifié et on peut en même temps profiter d’une défiscalisation.

Les avantages de l’investissement dans l’immobilier locatif

En plus de la défiscalisation accordée par la loi Pinel, on peut encore citer d’autres avantages liés à l’investissement locatif :

– Compléter ses revenus : en optant pour l’investissement locatif sans apport, on bénéficie d’un placement qui garantit sa retraite. A part la réduction d’impôt, c’est un excellent moyen pour compléter ses revenus et ce, d’une façon régulière. Les loyers serviront pour financer l’investissement et par la suite, on assurera l’avenir de ses proches puisqu’on pourra leur transmettre un patrimoine ;

– Fonder un patrimoine pour sa famille : investir dans l’immobilier locatif est un placement sûr. Quoi de mieux que d’avoir un bien qui garantira l’avenir financier de sa famille ? Aussi, la loi Pinel permet la location à ses enfants tout en bénéficiant de la réduction d’impôt.

Il est à savoir que la demande locative varie d’une région à une autre. Lorsqu’on décide d’entreprendre un investissement locatif, on doit donc prendre en considération divers facteurs. L’idéal est de pouvoir s’adapter au type de location disponible qu’on prévoit de cibler.

Calcul de la rentabilité du projet

Le profit rapporté par les loyers perçus constitue la rentabilité. On compte trois types de rentabilité :

– La rentabilité brute : elle correspond à la totalité des loyers perçus sans qu’on déduise les charges. Pour la calculer, on divise le loyer annuel par le prix de l’acquisition du logement puis multiplier le résultat par 100.

– Rentabilité nette de charges : pour l’obtenir, on déduit de la rentabilité brute la taxe foncière et les charges. Pour ce faire, on soustrait les charges au loyer annuel pour ensuite diviser le résultat par le prix d’acquisition du logement multiplié par 100.

– Rentabilité nette : elle définit la rentabilité la plus juste mais son calcul est assez difficile. Outre la rentabilité nette de charges, il y également les bénéfices obtenus après impôts qui sont à prendre en compte et bien entendu la réduction fiscale obtenue sans oublier les éventuels travaux de réhabilitation. Il est à noter que ce taux est en fonction de la fiscalité de l’investisseur.

La rentabilité est certes importante mais il ne constitue pas le seul critère essentiel pour faire un placement dans l’immobilier locatif. Les autres avantages déjà cités sont tout aussi fondamentaux.