Divorce et bien immobilier

Le divorce est la rupture du lien du mariage. Cela fait partie du domaine du droit de la famille. De ce fait, cela engendre quelques conséquences. Parmi ces dernières, la séparation des biens est un élément primordial. La séparation des bien peut se faire en plusieurs façons. Elle peut se faire à l’amiable ou judiciaire. Par conséquent, combien coûte le divorce ? Le partage des biens communs en divorce à l’amiable.

Le partage des biens communs en divorce à l’amiable

La procédure de divorce peut se faire à l’amiable. De ce fait, cela implique un consentement entre les époux. Ce consentement doit se faire au niveau de la séparation. Du côté matériel, il y a le divorce à l amiable avec bien immobilier. Ce partage de biens meubles et immeubles engendre quelques procédures. À cet effet, la théorie de ce partage est relativement simple. Mais en point de vue pratique, quelques complications peuvent ralentir le processus. En effet, il existe des règles régissant le divorce à l’amiable avec bien immobilier. Vous pouvez vendre votre bien avant une procédure de divorce.

Par conséquent, chacun des époux peuvent recevoir la moitié du prix de la vente. Vous avez aussi le choix de garder votre part de la propriété du bien et ne pas le vendre. Parfois, il est plus avantageux d’attendre les saisons de vente immobilière pour vendre votre bien. Dans ce cas, le bien possède un caractère d’indivision. C’est-à-dire que les époux ont toujours la qualité de propriétaires du bien. Avant de procéder à un divorce, il est fortement conseiller de signer une convention d’indivision. Cette dernière est une règle pour éviter quelques litiges lors de la vente de votre bien.

Le frais et honoraires d’un divorce

La séparation d’un couple fait partie des domaines juridiques. Il est nécessaire d’avoir recours au coût avant de divorcer. Il y a plusieurs critères afin de déterminer le coût d’un divorce. Effectivement, le fait de divorcer engendre des frais. Le coût d’un divorce avec bien immobilier sera à votre charge. Parmi ces frais, l’émolument des officiers ministériels sera à votre charge. De ce fait, les honoraires d’avocats ou d’un notaire peuvent être considérables.

Au niveau de la fiscalité, la vente du régime matrimonial nécessite aussi quelques frais importants. Pendant un divorce, il est de votre obligation d’être représenté par un avocat. Les honoraires des avocats sont parfois flexibles selon la nature du dossier du divorce. Cela dépend aussi de la réputation du cabinet d’avocat de votre choix. Les honoraires peuvent aussi être différents. 

Les effets du divorce sur les bien immobiliers

La séparation des biens mobiliers et immobiliers est inévitable en cas de divorce. De ce fait, la présence d’un notaire est obligatoire en cas l’existence d’un bien immobilier. La liquidation du régime matrimonial est toujours nécessaire dans la procédure de divorce et bien immobilier. Effectivement, le cadre d’un régime de la communauté universelle indique le partage des biens entre les époux. Dans ce cas, le partage du patrimoine n’est possible s’il n’y a pas de bien commun. Mais le partage des biens immobiliers en indivision n’est pas soumis à ce régime.

Les époux peuvent ne pas faire un contrat de mariage. Par conséquent, en cas de divorce, le régime de la communauté réduite peut aussi être appliqué. Lors d’un divorce, le partage de biens peut se faire en consentement mutuel. Dans ce cas, avant la procédure de divorce, les époux doivent se mettre d’accord sur le choix des biens. La matérialisation de cet accord doit être faite. À cet effet, cela peut se faire par un acte sous seing privé. Cet acte doit être ensuite présenté au juge pendant l’audience. Par contre, l’acte doit être établi par un notaire en cas de présence de bien immobilier.