réduire ses impôts

Défiscalisation par-ci, défiscalisation par-là… Il s’agit d’un concept qui fait couler beaucoup d’encre et qui peut être très avantageux pour chacun des contribuables. Mais savez-vous que ce terme « défiscalisation » englobe différents moyens pour réduire ses impôts ? Les voici.

Défiscalisation, kézako ?

Dans un pays, l’État a besoin d’argent pour faire des interventions publiques que ce soit d’ordre économique ou social. Cet argent est obtenu grâce aux impôts et taxes que doivent s’acquitter les contribuables. En effet, chaque personne domiciliée dans un pays donné, par exemple en France, est imposable par rapport à ses revenus, sauf dans certains cas particuliers (comme le cas d’une personne dont le revenu est inférieur au seuil du revenu net imposable).

Cependant, il est possible pour chaque contribuable de payer moins d’impôts que la normale et cela en toute légalité, c’est ce qu’on appelle la défiscalisation. Cette dernière est l’ensemble des différentes méthodes, ou plutôt dispositions, qui existent pour réduire ses impôts de façon légale. La défiscalisation peut se faire de deux manières différentes : soit par réduction de l’impôt déjà payé c’est-à-dire que le contribuable bénéficie d’une ristourne, soit par déduction pour investissement. Cette seconde option permet au contribuable de réduire le montant de leurs bénéfices imposables, comme expliqué clairement par julien vautel.  

Focus sur la défiscalisation immobilière

L’investissement immobilier est sans aucun doute la méthode de défiscalisation la plus connue et la plus utilisée, et ce, depuis quelques années déjà. La réduction d’impôt via l’immobilier ancien ou neuf se repose sur différents dispositifs au choix.

Le plus populaire des dispositifs de défiscalisation immobilière reste la loi Pinel, qui exhorte les contribuables à se lancer dans l’investissement immobilier en locatif afin de bénéficier d’une réduction d’impôts sur les revenus locatifs. Grâce à ce dispositif, l’investisseur peut avoir droit à une défiscalisation avec des avantages fiscaux pouvant aller jusqu’à 63.000 euros.

Outre le favori des contribuables « Pinel », on retrouve également comme alternative de défiscalisation immobilière la loi Malraux. Ce dispositif est destiné à ceux qui se lancent dans la rénovation de biens immobiliers pour ensuite les mettre en location, afin d’obtenir en contrepartie une réduction d’impôt. Mais pour bénéficier des avantages fiscaux via ce dispositif, l’investisseur doit se soumettre à certaines conditions, dont la vérification minutieuse de son investissement locatif par un architecte ABF.

La plus récente des dispositifs de défiscalisation immobilière est la loi Denormandie, un dispositif nommé ainsi par le ministre de la Ville et du Logement Julien Denormandie. Cette nouvelle loi soumet le contribuable aux mêmes conditions que la loi Pinel, sauf qu’elle concerne uniquement ceux qui investissent dans la rénovation de biens immobiliers anciens en centre-ville.

Mais avant de choisir entre ces différents dispositifs de défiscalisation immobilière et de s’y lancer, il est important de bien les connaitre, ou pourquoi pas demander conseil auprès d’un expert comme julien vautel.

Défiscaliser en investissant dans les entreprises

En plus de la défiscalisation immobilière, il est aussi possible de réduire ses impôts en investissant dans des entreprises. Dans ce cas-là, trois options s’offrent à vous, à commencer par l’investissement en PME. Vous pouvez en effet bénéficier d’avantages fiscaux de l’ordre de 18% en vous souscrivant au capital d’une PME quelconque, une défiscalisation qui est toutefois soumise à certaines conditions.

La deuxième option est la défiscalisation Girardin Industriel et qui consiste à investir dans les matériels industriels et artisanaux destinés aux entreprises des DOM-TOM, et cela, pour défiscaliser. Ce type de défiscalisation particulier fait partie des dispositifs qui offrent le plus d’avantages fiscaux.

La troisième option pour défiscaliser en entreprises est basée sur les Fonds de Placement dans l’innovation (FCPI) et les Fonds d’Investissement de proximité (FIP). Ces derniers permettent une réduction d’impôt pouvant aller jusqu’à 38% en fonction de votre zone géographique.

D’autres méthodes pour réduire ses impôts

Le domaine de la défiscalisation est vraiment très vaste, la preuve, il existe encore plein d’autres méthodes à appliquer pour réduire ses impôts. On cite par exemple la défiscalisation via les associations et organismes à but non lucratif, et qui consiste à faire des dons réguliers à ces derniers et ainsi payer moins d’impôts.

Le fait de faire appel aux services d’un employé à domicile permet également de défiscaliser à un certain niveau. En d’autres mots, vos dépenses liées à l’emploi d’un salarié à domicile seront déduites de vos impôts sur le revenu, une déduction qui est bien évidemment soumise à certaines conditions. Par ailleurs, quelques emplois à domicile sont concernés par cette défiscalisation, dont l’assistance aux personnes âgées, le soutien scolaire à la maison, la garde d’enfants ou encore les travaux ménagers.

Dans le cadre de la protection de l’environnement, un dispositif de défiscalisation particulier a été mis en place afin d’inciter les contribuables à investir dans des sociétés œuvrant dans le domaine forestier. Le but est donc d’acheter des parts d’un groupement forestier donné puis de bénéficier en retour d’une réduction d’impôt de l’ordre de 18%.

Enfin, sachez que le fait d’investir dans la réhabilitation et la conservation de monuments classés historiques permet également à l’investisseur de bénéficier d’une défiscalisation de 18% par rapport à ses revenus.